Blogue du Regroupement des éco-quartiers

La différence en environnement, elle passe entre autres par de petits gestes au quotidien !

 

La Patrouille verte de l’Éco-quartier Ahuntsic-Cartierville fait du porte-à-porte et fait la promotion du recyclage et de la gestion des matières résiduelles !

Un été « porte » comme les autres

Toc-toc-toc!

Dans l'œil magique de la porte, on voit un jeune adulte au chandail vert vif, tout sourire.

« Bonjour! Vous allez bien? Je travaille pour Ville en Vert, votre éco-quartier. Je fais partie de la Patrouille de sensibilisation environnementale et j'aimerais prendre quelques minutes de votre temps pour vous sensibiliser à une meilleure gestion des matières résiduelles. Le recyclage, vous connaissez? »

Cette entrée en matière, c'est plus de mille fois qu'elle a été reprise cet été, pendant lequel de nombreux citoyens d’Ahuntsic-Cartierville nous ont généreusement accueillis. Il faut dire que le porte-à-porte constitue une voie d'accès privilégiée pour sensibiliser les citoyens à l’amélioration de la gestion de leurs matières résiduelles, en permettant d'offrir un service de proximité et de parler des besoins spécifiques à leur immeuble.

Par exemple, certains immeubles n'ont pas de bacs de recyclage. Nous avons donc axé notre propos sur la gestion des résidus domestiques dangereux (RDD). Plusieurs personnes étant de nouveaux arrivants, pour certaines c’était la première fois qu'elles entendaient parler de cette pratique écologique et pour d’autres c’était un premier contact avec les principes du recyclage.

Ayant la volonté de rencontrer chaque individu, le patrouilleur ou la patrouilleuse vert-e a un impact social qui va au-delà de l’amélioration de la gestion des matières résiduelles. Notre approche nous a également permis de sensibiliser les citoyens d’Ahuntsic-Cartierville à l’importance d’un environnement propre et sécuritaire et à son impact positif sur la qualité de vie.

Être membre de la Patrouille verte demande du courage, de la débrouillardise, de l'empathie, de l'entregent et une fervente croyance que chaque petit geste compte pour l'environnement : des corvées de nettoyage avec les enfants, des animations loufoques dans les camps, des rencontres avec les personnes âgées, de la sueur de bras pour un projet de compostage collectif, des réveils matinaux pour vérifier les bacs de recyclage, des kilomètres qui vous forgent des cuisses d'acier à visiter l'ensemble de l'arrondissement.

C’est en faisant preuve de créativité et de dynamisme que nous avons mené à bien notre mandat ! Beau temps, mauvais temps, notre expérience nous a appris à composer avec l'imprévu et à être optimistes en dépit des difficultés. Nous avons aussi compris l’importance de faire preuve de générosité en termes de présence active envers les plus démunis de notre communauté. Heureux de notre implication pour l'environnement, ce travail étudiant nous aura certainement permis de grandir intérieurement. Apprécier chaque instant... avec émerVERTeillement ☺ !

La cathédrale de la biodiversité !

Les patrouilleurs verts de l’Éco-quartier Sud-Ouest ont introduit les plus jeunes aux bienfaits de la biodiversité !

Le soleil se lève sur une autre belle journée dans l’arrondissement du Sud-Ouest. Au programme aujourd’hui : l’animation d’un groupe de près de 100 jeunes enfants au parc St-Paul dans le quartier Saint-Paul-Émard. Une tâche qui peut sembler facile, mais qui s’avérera être du sport!

L’Éco-quartier du Sud-Ouest, en collaboration avec différents comités citoyens,  a développé un programme pour faire la promotion de la biodiversité dans ce parc arborant une impressionnante « cathédrale » d’érables argentés dont certains sont âgés de plus de cent ans. Disposant d’un système racinaire assez vorace qui s’étend surtout en largeur (plutôt qu’en profondeur), le sol du parc est devenu relativement faible en nutriments, inhibant la croissance d’autres espèces.

Parallèlement, la récente épidémie d’agrile du frêne nous rappelle les dangers d’une monoculture. La plantation d’une diversité de plantes indigènes permet donc d’attirer une plus grande quantité d’insectes de toutes les grosseurs et de toutes les couleurs, favorisant ensuite une plus grande diversité d’oiseaux et de petits mammifères. Ultimement, ce long processus permettra de redonner vie à cette petite forêt urbaine. D’ici là, il s’agit d’une opportunité en or pour éduquer les citoyens de tous âges, y compris les tout-petits.

L’activité en soi est donc plutôt simple : illustrer le concept de biodiversité aux enfants en bas âge à travers la plantation d’espèces végétales indigènes. 

Cependant, dès l’arrivée de mes petits camarades, nous comprenons qu’il sera difficile de s’en tenir au plan; les enfants sont énergiques et impatients d’en apprendre plus sur le microcosme établi dans les plates-bandes du parc.

Le temps passe et l’impatience laisse place à un engouement inattendu ! Les jeunes sont captivés par la richesse de cet écosystème miniature. Les végétaux que nous devons planter les intéressent, certes, mais les insectes volent indéniablement la vedette. Vers de terre, cloportes et mille-pattes deviennent éventuellement l’attrait principal et charment les enfants. Nous saisissons donc l’opportunité pour transmettre certaines connaissances éco systémiques aux enfants et terminer l’activité en beauté.

Au final, même si l’activité ne s’est pas déroulée comme nous l’avions initialement planifiée, elle fut toute aussi surprenante qu’éducative. Qui aurait cru que cette même faune miniature qui a tendance à effrayer les grands, allait passionner autant de jeunes enfants!

Pages